African governments launch the Triple S (3S) Initiative to promote stability and security in the face of migration caused by environmental degradation and climate change

Press Release

(French text follows)
Alarmed by the dangerous effects of climate change especially on fragile and unstable communities, African governments meeting at the Climate Change Conference in Marrakesh, Morocco, agreed on practical measures to set the region on a path towards security, stability and sustainability.  A Task Force, with regional representatives from across the continent, is being established to define and operationalize an action plan in early 2017.

The 3S Initiative was endorsed at the 1st African Action Summit held in the margins of the Climate Change Conference in Morocco on Wednesday, 16 November.

Thousands of villages, in those African countries joining the initiative, are set to receive help to create green jobs and to promote investment opportunities by migrants themselves.  The 3S initiative is also expected to promote programs at country-level to adopt drought early warning systems; strengthen land tenure; identify hotspots of land degradation, population movement and migration; track new pastoralist routes to prevent the emergence of tensions over natural resources and to integrate natural resource management into national security strategies and migration policy.

Discussing the initiative, many countries in Africa expressed their alarm at the declining productivity of the land in a region with the youngest population in the world and where a growing proportion of young people are without jobs.  Government delegates spoke about the dangers of this trend, especially in areas hard hit by climate change.  Delegates in particular cited the growing pressures on the supply of fresh water and fertile land as a result of the increasing frequency, number and intensity of droughts. 

A lack of opportunity is forcing many young Africans to make difficult choices and is driving large scale migration flows as rural lands are abandoned an increasing number of Africans are moving to urban areas.

The Minister of Environment of Senegal, Mr. Abdoulaye Balde said, “These are complicated and interconnected issues. By giving our young people access to land, we give them a chance of a better life. We all want to live worthwhile, prosperous lives in healthy, sustainable and secure communities. If they have nothing, many people are ready to risk taking dangerous decisions. Distressed migration is a deep concern. We have to work together to establish resilient and prosperous communities and towards a sustainable and secure future”.   

The King of Morocco, H.M. Mohammed VI, mentioned in his opening remarks at the African Action Summit that an estimated 60 million people are at risk of moving from the degraded areas of sub-Saharan Africa over the next ten years.  The Monarch also highlighted that the degradation of land and of natural resources could continue to be the main driver of most transnational conflicts in Africa.

Relevant link Security. Stability. Sustainability.

Note to Editors

For media-related information or requests contact, Ms. Wagaki Wischnewski, wwischnewski@unccd.int.

About the UNCCD

The United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD) is the legally binding international agreement on land issues. The Convention works, with its 195 Parties and other partners, to promote good land stewardship and to combat desertification and drought.

******

(French translation)

Les gouvernements africains lancent l’Initiative Triple S (3S) pour promouvoir la stabilité et la sécurité face à la migration causée par la dégradation des terres et le changement climatique.

Alarmés par les effets dangereux du changement climatique, en particulier sur les communautés fragiles et instables, les gouvernements africains réunis lors de la Conférence sur les changements climatiques à Marrakech, au Maroc, ont convenu de mesures pratiques pour engager la région sur la voie de la sécurité, de la stabilité et de la durabilité. Une Task Force  a été créé, avec des représentants régionaux de tout le continent, pour affiner et mettre en œuvre le plan d’action début 2017.

L’initiative 3S a été adoptée lors du 1er Sommet Africain de l’Action qui s’est tenu Mercredi 16 Novembre en marge de la Conférence sur les changements climatiques au Maroc.

Des milliers de villages dans les pays Africains ayant adhéré à l’initiative recevront de l’aide pour la création d’emplois verts et la promotion d’opportunités d’investissement pour les migrants eux-mêmes. L’initiative 3S contribuera aussi à promouvoir des programmes au niveau national pour l’adoption de système d’alerte précoce, le renforcement du foncier, la cartographie des « hotspot » de dégradation des terres, des mouvement de populations et de migration, la localisation des nouvelles routes de transhumance pour prévenir l’émergence de tensions sur la gestion des ressources naturelles dans les stratégies nationales de sécurité et dans le politiques de migration. 

En discutant l’initiative, de nombreux pays africains ont exprimé leur inquiétude face à la baisse de la productivité dans une région où la population est la plus jeune au monde et où une proportion croissante de jeunes est sans emploi. Les délégués gouvernementaux ont reconnu le danger lié à cette tendance, particulièrement dans les zones fortement touchées par les changements climatiques. Les délégués ont également souligné les pressions croissantes pesant sur l’approvisionnement en eau douce et en terres fertiles, en raison de l'augmentation de la fréquence, du nombre et de l'intensité des sécheresses

La manque d’opportunité force de nombreux jeunes africains à faire des choix difficiles et entraîne des flux migratoires à grande échelle due au nombre croissant d’africains abandonnant les zones rurales pour rejoindre les villes.

Le Ministre de l'Environnement du Sénégal, M. Abdoulaye Balde, a déclaré : « Ce sont des questions complexes et interconnectées. En offrant à nos jeunes l'opportunité d’accéder à la terre, nous leur donnons le choix d’une vie meilleure. La quête du bien-être explique la prise de risque et souvent conduit à des décisions périlleuses. Les migrations d’infortunes constituent un mal profond.  Nous devons travailler, ensemble, pour asseoir des communautés résilientes et prospères dans l’option d’un développement durable et sûr ».  

Dans son allocution à l’ouverture du Sommet Africain de l’Action, le Roi du Maroc, S.M. Mohammed VI, a indiqué que 60 millions de personnes risquent de migrer des zones dégradées de l’Afrique sub-saharienne dans les dix prochaines années. Le Monarque a souligné que la dégradation des terres et des ressources naturelles peut continuer à être la cause principale des conflits en Afrique.        

Relevant link Security. Stability. Sustainability.

Note aux rédacteurs :

À propos de la Convention :

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) est l'accord international juridiquement contraignant sur les questions des terres. La Convention travaille, avec ses 195 Parties et d'autres partenaires, à promouvoir une bonne gestion des terres et à lutter contre la désertification et la sécheresse.